BRIDGE en détail

BRIDGE en détail

Le printemps arabe représente une formidable opportunité pour établir une coopération entre l’Europe et L’Afrique du Nord, et ce à l’échelon économique, durable, culturel et social. La formation joue un rôle important afin d’atteindre cet objectif, notamment l’exportation de la formation allemande vers l’Afrique du Nord. Grâce à sa culture, qui est fortement liée à celle de l’Europe et son haut niveau général d’éducation du pays, la Tunisie se trouve dans une situation exceptionnelle. De plus, la proximité ainsi que la productivité, qui est relativement haute dans le Maghreb, sont des atouts, dont l’économie allemande souhaite bénéficier. Mais malgré tout, les entreprises qui produisent en Tunisie constatent de graves différences concernant la qualité de la formation des ouvriers qualifiés par rapport à l’Allemagne. C’est exactement ce défi auquel le projet BRIDGE, lancé le 1 septembre 2012, s’attaque. L’idée est de construire un « pont » entre les exigences et les besoins de l’économie allemande d’un côté, et de l’industrie tunisienne d’autre côté. Les participants, soit le « Bildungswerk » (une organisation publique chargée de l’éducation), le centre de plastique SKZ et les fournisseurs de l’industrie automobile, réaliseront conjointement de nouveaux concepts pour la formation des managers et des ouvriers qualifiés. En outre, le concept prévoit nombre de cours, le développement des systèmes autodidactes ainsi que des plateformes d’apprentissage en ligne. C’est notamment l’introduction des plateformes modernes qui doit contribuer à une solution plus adaptée aux besoins individuels et qui vise à promouvoir l’internationalisation des formations et des formations continues en Tunisie et en Allemagne, ce qui est bénéfique à l’intensification de la coopération économique des pays.

Les défis principaux du projet BRIDGE

1. Le projet s’attaque au manque auprès des apprentis, des ouvriers qualifiés et des cadres/chefs dans la branche des fournisseurs de l’industrie automobile en Tunisie.
2. A moyen- et long terme, le projet a pour but d’exporter le système de formation « dual » de l’Allemagne vers les pays émergents.
3. Les partenaires (Handelshochschule Leipzig, Universität Leipzig, Bildungswerk der Baden-Württembergischen-Wirtschaft e.V., SKZ – ToP gGmbH) élaborent conjointement un concept adapté pour la Tunisie.

La description de la procédure – BRIDGE

1. La mise en œuvre, soit la phase pilote et l’évaluation, sera réalisée ensemble avec les partenaires sur place en Tunisie (S.A.E.E., MSB, MFPE).
2. La durabilité du projet est assurée par la collaboration avec le Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi en Tunisie. Les résultats fonderont la base pour l’élaboration d’un nouveau concept de formation.
3. D’autres exportateurs de formation allemands doivent bénéficier de cette ouverture du marché de l’éducation ainsi qu’être capables de suivre ce modèle d’activité, aussi au-delà de la Tunisie.
Au total, le projet BRIDGE permet de développer rapidement un concept adapté aux besoins sur place, qui est tout d’abord mis en œuvre et évalué dans des entreprises partenaires en Tunisie. A long terme, grâce à l’exportation des services d’éducation, les deux pays participants doivent bénéficier du développement économique et du niveau croissant de la formation en Tunisie. Par conséquent, l’attractivité augmente du site de production et cela permet aux entreprises allemandes d’améliorer leur compétitivité.

L’analyse sur place

C’était déjà en janvier 2013 que le consortium du projet BRIDGE s’est réuni à La Soukra en Tunisie pour apprendre davantage de la production et les circonstances sur place.
D’abord d’un tel projet, il ne convient pas seulement d’analyser les exigences et les besoins concrets de l’entreprise, mais aussi du marché tunisien en général. A cet effet, l’équipe de BRIDGE s’est décidée pour la méthode suivante :

• Des entretiens avec tous les chefs, les questions se basant sur le même mémento
• Une discussion de groupe avec les apprentis
• Questionnaire pour les ouvriers qualifiés

Les données de tous les 13 entretiens sont exploitables et prometteuses. Il faut marquer que nombre de chefs ont fait leurs études en Allemagne, il n’y avait donc aucun problème de communication. Le questionnaire, répondu par les ouvriers qualifiés en mars 2013, a été développé conjointement avec Marquardt Tunisie, l’Université de Leipzig et la HHL Leipzig Graduate School of Managment. L’équipe de BRIDGE a perçu une humeur très agréable dans l’entreprise – la motivation de progresser était extraordinaire.

BRIDGE Gruppenfoto

sur BRIDGE

Le projet BRIDGE répond au fait qu’il existe aujourd’hui un manque en formation appropriée auprès des apprentis, des ouvriers qualifiés et des cadres dans la branche des fournisseurs de l’industrie automobile en Tunisie. Grâce à sa culture, qui est fortement liée à celle de l’Europe et son haut niveau général d’éducation du pays, la Tunisie se trouve dans une situation exceptionnelle. De plus, la proximité ainsi que la productivité, qui est relativement haute dans le Maghreb, sont des atouts. Mais malgré tout, les entreprises qui produisent en Tunisie constatent de graves différences concernant la qualité de la formation des ouvriers qualifiés par rapport à l’Allemagne. C’est exactement ce défi auquel le projet BRIDGE s’attaque. L’idée est de construire un « pont » entre les exigences et les besoins de l’économie allemande d’un côté et de l’industrie tunisienne d’autre côté. Le concept prévoit nombre de cours, le développement des systèmes autodidactes ainsi que des plateformes d’apprentissage en ligne.

Link to: BRIDGE Learner



LogoLogo